Monthly Archives: février 2012

Ma chère desperate runner’s wife

Longtemps, j’ai cru que le running était un sport de solitaire et que tous ces efforts n’avaient comme
finalité que de nourrir un ego sur-dimensionné.

Mais, il n’en est rien et c’est tous le contraire.

Grâce à toi et tous les supporters, il devient un sport généreux et très humain. Il y a une solidarité
dans l’effort que je ne retrouve nulle part ailleurs.

Lors des courses, tu me soutiens avec une logistique sans faille et un enthousiasme qui me pousse à
me dépasser. La seule motivation de te rejoindre me suffit à avancer et à tout donner.

Merci,

CR semaine du 13 au 19 février

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lundi : Et une séance de 30/30, une !!
Ce soir, il va falloir envoyer du bois !! Avec de 12 fractions de 30/30 au programme, on ne va pas chômer. Nous serons 3 avec le Patriache et le frangin.
Nous sommes motivés et déjà les esprits chambreurs s’en donnent à cœur joie pendant le footing de chauf’.
Nous arrivons sur notre piste improvisée pour les besoins de la séance et nous commençons les habituels talons fesses et pas chassés.
L’échauffement est bénéfique et la machine est à bonne température. 4 série de 4 X 30s, ça sera bien. Le Patriache va compter les tours. Vu son grand âge, il ne peut pas nous suivre !!
La première série se passe bien même si à la dernière je commence à cracher mes poumons. Ça me rappelle mon passé d’ancien fumeur. Quand j’y pense déjà 1 année début Mars. Yes !!
La deuxième série est plus dure mais je ne lâche rien. Le frangin tient bien la route et je sens que ça le fait.
Y a pas à dire, ça fait trop du bien de tout envoyer après une journée de boulot !!
Par contre sur la dernière série, je n’ai plus de jus et je n’arrive pas à finir. Dommage…
Puis, nous rentrons tranquillement et nous nous étirons.
Je suis content de notre séance car mon frère a bien envoyé et ne s’est pas blessé. Il est fragile le grand frère !!
Jeudi : Trail de Nuit
Mes acolytes me laissent seul car ils sont tous retenus par des obligations professionnelles et personnelles. Je vais donc pouvoir être bien concentré pour travailler ma foulée.
Je mets l’accent sur le positionnement des bras et je relâche les épaules parce que quand je cours, j’ai tendance à me renfermer.
Après 20 minutes, j’arrive sur mon parcours favori. Petite côte sur environ 500 mètres puis faux plats descendants  avec une super vue, le tout en mode trail. Je respire le grand air et j’ai presque l’impression de planer !!  J’éteins ma frontale pendant une minute pour bien profiter de l’instant présent… J’adore !! Après ce bon moment, je rentre tranquillement.
Dimanche : Sortie Longue 14H30…
La maison s’est endormie pour la sieste. Alors, j’en profite pour m’équiper et je rejoins mon frère. Il me rappelle que sa dernière sortie longue date de … Il ne sait plus!! Yahou, on va s’amuser !!
Nous nous élançons pour environ 1H30 de trail. Et là comme d’hab, la mise en route est difficile. Au départ, c’est un long faux plat mais j’ai du mal, sûrement la digestion qui n’est pas terminé. Lui est bien et ne s’arrête pas de parler. Au moins, je ne m’ennuie pas !!
La grande question qui nous anime est le déroulement de notre futur Marathon. Court-on ensemble ? Il a un niveau meilleur donc il va me tirer. Par contre, il aura sûrement besoin de moi dans les coups de moins bien. Le Patriarche doit nous rejoindre pour le 2ème semi donc on verra. Mais pour le délire, il faut le faire ensemble tout du long. Nous sommes d’accord vu que son première objectif est de finir et moi de passer un bon moment !
Le parcours défile et la température est parfaite. Une dernière boucle et nous sommes à la maison. Les jambes sont un peu lourdes mais nous avons passé un excellent moment.
A refaire… !

JourPerf 1 à 3DuréeDistance km
Lundi3576,37
Jeudi256'6,83
Dimanche31,45'13,49
Totaux3,3826,69

Qu’est-ce qu’une desperate runner’s wife ?

Diapositive1

 

Une desperate runner’s wife a un rôle primordial (Et on arrête le mauvais esprit, hein !!). Elle ne sert pas qu’à se faire une manucure sur le bord de la route …

Pour être une parfaite desperate runner’s wife, il faut plusieurs qualités et pas des moindres :

Etre bien organisée (oui, c’est possible… dur… mais possible !) : En effet, il faut repérer le parcours, les endroits où on peut se poser, voir si on peut se positionner à plusieurs endroits sur le parcours, calculer le temps que l’on va mettre pour y aller, vérifier la compatibilité avec votre allure, trouver le moyen le plus optimal pour s’y rendre, …

Etre bien organisée (encore !!) : Préparer le ravitaillement, charger l’appareil photo, le téléphone portable, préparer sa montre, …

Avoir l’oeil : C’est un peu « Où est Charly ? » de venir à une course. Vous êtes plusieurs dizaines, plusieurs centaines, plusieurs milliers et parfois plusieurs dizaines de milliers ! Alors, la desperate a l’œil. Elle reste concentrée, son regard ne s’attarde pas sur tous ces mâles runners tout en muscles et en sueur qui nous font la démonstration de leur virilité endurante. Tout est question de repères. C’est un peu comme quand on joue au « Qui est-ce »… Je cherche un homme , grand, brun (comme 50% des participants), maillot vert fluo, non orange, non aujourd’hui c’est vert… et merde j’ai oublié la couleur! Bon bah, je vais regarder tous ceux qui passent et avec un peu de chance, mon Running Man ne passera pas à travers mes yeux de lynx !

Etre ponctuelle : Ca, c’est histoire de se dire que non, on n’a pas marché 1 heure pour rejoindre le prochain point de RDV pour rien et que non, Running Man n’est pas déjà passé !!

Etre patiente : Quand on supporte, on attend… parfois peu mais souvent beaucoup ! Quand on est en groupe, le temps passe vite mais quand on est seule… le temps est long, mais long. Toute cette attente pour moins d’une minute où on crie comme des hystériques : « Bravo !!!! Allez chéri, vas-y, t’es le meilleur !!!!!! Allez courage, je suis avec toi !!!!! Je t’aiiiiiiiiiiiiiiiiiimmmmmmmmme !!!!!!!!!!» alors que, concentré, vous nous jetez à peine un œil… Bon, je fais peut-être du mauvais esprit là !!!

Avoir de la voix : Voir précédemment le pourquoi du comment mais comme c’est souvent bruyant les courses (merci les orchestres de nous distraire et parfois de nous casser les oreilles !!) on a tendance à crier, hurler, brailler, s’égosiller, s’époumoner, … Bref, autant dire que notre organe est maltraité et qu’il vaut mieux l’échauffer. C’est pourquoi, à la maison, sache mon chéri que je ne crie pas, j’échauffe mes cordes vocales !

Etre altruiste : Certes, si Running Man ne participait pas, je ne serai pas là… Mais quitte à être là, et comme la communauté runner est plutôt sympathique, pourquoi ne pas les encourager aussi. Alors, on lance des petits messages, on applaudit. D’ailleurs, c’est marrant comme la réaction de ces sportifs n’est pas la même selon que l’on soit au début, au milieu ou à la fin du parcours… (mais, là n’est pas la question, ce sera l’objet d’un autre article !)

Avoir le sang chaud : Autant l’été ça va… mais alors l’hiver, faut en vouloir ! Attendre tout ce temps dans le froid peut relever de l’exploit (Bénis soient les 10 km en cette saison!) . Selon la saison, l’option « je construis un igloo » est possible mais le plus souvent c’est l’option « j’ouvre mon parapluie » qui nous appelle… Donc là, la desperate organisée refait surface : Tout est prévu, le k-way qui colle, le parapluie qui se retourne avec le vent, les gants qui grattent, l’écharpe qui, au choix, glisse ou gratte (si elle est assortie aux gants !), le bonnet qui remonte, les chaussures qui prennent l’eau, le jean trop long qui prend aussi l’eau…

Etre matinale : Bien souvent, vos courses commencent à 9h… Ce qui veut dire qu’il faut y être à 7h… (Le temps de vous préparer, de vous échauffer…) Ce qui veut dire qu’il faut partir à 6h (Les courses sont rarement en bas de chez nous) Ce qui veut dire qu’il faut se lever à 5h… Et alors là, bénies soient les courses qui débutent en fin d’après-midi, donc béni soit l’été !!!!

Aimer les pâtes : Ah le régime marathon ! Quel bonheur… Pas la peine de développer, pro comme vous êtes, vous connaissez !

Etre amoureuse : Et oui, faut vous aimer à la folie pour se lever le week end à 5h du mat’, rester des heures dans le froid, marcher 10 kms pour vous faire « coucou » pendant 10 secondes, scruter la foule, s’égosiller, etc, etc…
Mais bon, entre nous, on est tellement fière de vous, on est tellement heureuse de vous voir vous donner à fond, qu’on ferait n’importe quoi pour vivre tout ça avec vous et partager ces moments forts…

CR semaine du 6 au 12 février

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mardi : Il fait froid.

Ce soir, le mercure affiche -8 et une séance de côte est au programme. Je n’ai pas la pêche et le patriache pas plus que moi.

Après quelques tractations, nous démarrons par un footing de 20 minutes. Le froid est présent mais nous empruntons des chemins bien protégés du vent.
Ensuite PPS avec talons fesses, montés de genoux, etc …
La température du moteur monte doucement et je m’élance pour une 1ère fraction. L’objectif de la séance est de travailler particulièrement le positionnement des bras et des épaules. Pas facile…
Je n’ose pas trop me lâcher car il fait vraiment froid. D’ailleurs, au bout de la 2ème nous décidons d’arrêter. Le froid me brûle les bronches et me pompe toute mon énergie.
Si je continue, je vais peut-être me blesser. Ca serait dommage !!
Donc, nous rentrons. Je clôture la sortie par une série d’étirements, abdos et gainage.
Je suis tout de même content de ma séance car nous avons bravé le froid. En attendant, j’ai encore du taf pour acquérir une foulée optimale. Alors j’y retourne.

Jeudi : Séance tranquille
Le froid s’installe pour de bon et il faut s’accrocher avant que les beaux jours reviennent.
Ce soir, nous serons 3. Brother qui revient de blessure et mon voisin qui se joint à nous pour la 1ère fois. Va-t-il attraper la Running attitude ??? Nous verrons bien s’il revient en 2ème semaine.
En guise de séance d’entraînement, je propose un footing tranquille car je ne souhaite pas le faire fuir!!
De plus avec le froid et la journée de taf, je suis pour une sortie détente. L’effet de groupe nous pousse à accélérer mais je les freine. Aujourd’hui, on ne se fera pas mal.
Nous nous quittons après 45mns et nous clôturons par étirements, abdos et gainage.
J’ai hâte d’être à samedi car une séance de qualité m’attend avec le Boss.

Samedi : Test VMA
Je retrouve le Boss pour une séance intense. Footing tranquille d’environ 20 minutes et nous commençons les lignes de talons fesses et autres exercices.
Je retiens les conseils suivants :
– allure dynamique et accélération sur la fin de la fraction
– prise d’appui sur la pointe du pied
– buste un peut incliné vers l’avant pour inspirer un max d’air, …
J’ai donc plein de détails à travailler pour avoir une foulée plus efficace et courir plus longtemps.
Puis, nous commençons le Test VMA sur 2000 mètres. Ouais, ça fait long !!
En plus, c’est une première pour moi : mon guide tient le chrono et me donne des infos pertinentes. Je commence par partir sur une vitesse de 13 km/h pour finir à environ 10 km/h. Je relance sur les derniers 500 mètres mais en vain. Mon cardio est trop serré et j’ai du mal à reprendre mon souffle. Je ferais attention la prochaine fois. Le chrono indique 10’53 donc 11′ de VMA pour mes séances de qualité. Ensuite, Le boss décide d’en faire un et là c’est pas la même histoire: 8′ J’essaye d’accrocher le wagon sur la fin mais je suis lâché. Il a encore de beaux restes !!
Enfin, nous rentrons en évoquant mon plan d’entraînement.
Je vous en reparle bientôt.

Bilan et Objectif de la semaine
Je suis content de ma semaine d’entraînement. Avec le froid, je me suis tenu à mes 3 séances sans faiblir. J’aurais souhaiter faire plus de qualité mais le froid et la peur de la blessure m’ont fait lever le pied. Normalement, les températures vont baisser donc je n’aurais plus d’excuse pour ne pas me faire mal. De plus, mon test VMA va m’aider à bien définir mon cadre d’entraînement.
VMA courte, endurance et sortie longue sont au programme de la semaine à venir.
J’y cours, J’y cours, …

JourPerf 1 à 3DuréeDistance km
mardi355'6,40
jeudi343'5,79
samedi356'8,26
Totaux :2h3420.45
 

L’agenda 2012

aganda

Pour mener a bien mon objectif 2013, je souhaite réaliser une saison pleine en running avec 2 objectifs principaux.
La saison 2012 va être une répétition pour 2013. Je me mets donc immédiatement en condition pour qu’à la fin de l’année, j’ai toutes les cartes en main pour réussir ce challenge de fou.
Diététique, logistique, préparation physique et mentale : je compte bien porter mon attention sur chaque détail.

Les 2 courses que je cible sont les suivantes :
> Marathon de Paris en avril
> 50km de Sologne en août

Le Marathon va me permettre de rester concentré sur la préparation durant l’hiver en mettant l’accent sur la VMA.
De plus, je ne serai pas seul : mon frère sera de la partie. Après avoir participé en tant que supporter à la dernière édition, il a adopté la fibre running et l’envie d’en découdre avec cette distance. Novice en course à pied, il a malgré tout un excellent rythme. Il est plutôt sprinter à la base donc il va m’aider à me sortir les trippes pendant nos séances de qualités.

Le 50kms aura plusieurs buts :
> participer à une course dont la distance est supérieure au Marathon,
> mettre au point une stratégie efficace avec mon suiveur, Christophe,
> faire un repérage des lieux pour l’année prochaine puisque les 100km sont organisés en même temps.

Entre ces 2 courses, je compte réaliser d’autres courses en mode : « je prends mon pied », comme les 10km de Beauvais et le trail de la Meute.

Enfin, je vais participer à la course de la voie Royale en octobre. C’est le semi Marathon de St Denis qui passe par le Stade de France. Le circuit est propice aux supporters et y participer va me permettre de maintenir la régularité de l’entraînement, car j’ai tendance à me laisser vivre si je n’ai pas d’objectif.
Je regarde ce programme avec la volonté de me donner à fond dans l’entraînement et une forte envie de passer des moments intenses avec mes proches.

Et vous, quelles sont les courses auxquelles vous allez participer en 2012 ?

Challenge 2013 : 100kms de Sologne

100km

Avez-vous déjà ressenti ça ? Avoir une attirance irrésistible pour une course, sans vraiment savoir pourquoi, ni comment mais, vous devez-vous lancer.

Je viens de terminer ma course et comme à chaque fois, j’ai un sentiment de vide. Je m’entraîne, je cours, je franchis la ligne d’arrivé et tout s’arrête. La concentration retombe et je profite de l’instant présent.

Mais, je me dis que j’aurai pu continuer. Alors, pourquoi ne pas me lancer sur la distance supérieure ?

100kms, la distance est mythique et je vois ce périple comme une aventure à vivre dans une vie. Si je réussis : je n’aurai plus de barrière, ni de limite et tout me sera possible.

De plus, partager une aventure comme celle-ci doit être une expérience fantastique. J’ai déjà recruté mon suiveur à vélo et ma team sera autour de moi.

J’ai tellement hâte d’y être.

Mais je ne vais pas mettre la charrue avant les bœufs. Je connais mon niveau et je sais qu’il y a du travail !!

Si cette aventure vous tente, laissez un commentaire et nous pourrons partager nos expériences et nous soutenir.

Mon Parcours de Runner

DSCN4734 (1)

 

Jeune, j’ai toujours été sportif. Basket, judo … J’ai beaucoup pratiqué et j’ai même terminé mon 1er Marathon en 2003 avec l’aide de mon runner de père. Ensuite, vous savez ce que c’est, on se laisse porter par le quotidien et on accorde moins d’importance à son hygiène de vie.

Il y a eu 2 déclencheurs à ma reprise du running. D’une part, la naissance de mon 1er fils. Et oui, comment je peux partager avec lui les valeurs du sport (échange, goût de l’effort, don de soi, concentration, …) auxquelles j’adhère si je ne lui montre pas l’exemple ?

D’autre part, la rencontre de mon cher ami Christophe, aka « the Boss ». Pour présenter le Monsieur en 2 mots, il a participé à une dizaine de Marathon et en a terminé un en moins de 3 heures. Il m’a soutenu dans ma préparation et nous avons couru le Marathon de Paris 2011 ensemble. C’était une expérience humaine extraordinaire.

J’ai pu réaliser cette course après une prise en main complète :

  • perte de poids d’environ 25kg
  • suivi médical rigoureux
  • 3 séances de running par semaine

Je ne vous cache pas que la mise en route fut difficile. Mais, avec le soutien de ma chère et tendre ainsi que de mes proches, tout a été possible.

Depuis, le virus ne m’a plus quitté et j’ai participé à d’autres courses et trails.

Ce qui devait être une mise à jour physique s’est transformée en véritable passion qui m’apporte un bien-être physique et mental.

Je suis serein dans mon job et je déborde d’énergie pour partager des instants de vie unique.

De plus, j’ai la tête tournée vers mon prochain objectif…

Courses Passées :

J'y étais!C'était le...J'ai pas été plus vite que mon ombre mais j'ai fait...
Foulées de Charenton15 février 20151h30
10km de Vincennes1er février 201551'34
Trail de Senlis (14km)7 décembre 20141h25
Trail du loup 17,928 juin 20141h48
Marathon d'Anvers27 avril 20145h02
Semi de Paris2 mars 20142h12
foulées de Vincennes2 février 201453'32
10km de boran7 décembre 201356'10
Traces du loup 17.929 juin 20132h21
Marathon d'Anvers21 avril 20134h53
Semi Marathon de St Witz23 mars 20132h32
Ice Trail (16km)20 janvier 20132h05
Semi Marathon de Boulogne Billancourt18 novembre 20122h10
50 km de Sologne26 aout 2012Abandon au 42km 5h30
Trail de la Meute (17,9 km)30 juin 20122h13
Foulées du haut Val d'oise (10,6 km)3 juin 20121h03
Marathon de Paris15 avril 20125h36
Semi Marathon de Paris4 mars 20122h26
Trail de la Bouriane (13,4 km)24 juillet 20111h40
Trail de la Meute (17,9 km)25 juin 20112h30
Foulées de la rue28 mai 20111h02
Marathon de Paris10 avril 20115h41
Semi Marathon de Paris6 mars 20112h35
Semi Marathon de Paris7 mars 20042h20
Marathon de Paris6 avril 20035h15
Semi Marathon de Paris9 mars 20032h10
 

A propos

depart_marathon_paris

Qu’est-ce que Running Emotion ?

Ça fait un moment que vous vous dites : « Il faut que je me bouge. Mes proches se sont mis au Running et ils sont hyper épanouis. De plus, ils vivent des rencontres généreuses et d’une grande simplicité. »

Chers lecteurs et lectrices, je fais partie de cette mouvance et je souhaite vous faire partager ma passion du running.

Vous trouverez sur mon blog :

–      le compte rendu de mes séances hebdomadaires,

–      les chroniques de mes lectures,

–      le récit de mes courses,

–      le matériel que je teste,

–      mes rencontres de Runner.

Enfin, une dernière rubrique sera tenu par ma chère et tendre femme qui s’intitulera : Desperate Runner’s Wife.

Pourquoi, j’ai créé Running Emotion ?

Je lance le blog Running Emotion avec la volonté de vous faire partager mon quotidien de Runner qui m’emmène vers mon prochain challenge : courir les 100km de Sologne en 2013.

En suivant mon blog, vous découvrirez mon parcours de Runner ainsi que les ingrédients que j’utilise pour m’accomplir grâce à la course à pied.

Enfin, le fil conducteur du blog sera ce qui lie les coureurs aux supporters : l’émotion que procure le Running!

Qui suis-je ?

Sylvain A., 29ans, marié, 2 enfants, Picardie

Cette passion m’a piqué il y a maintenant 3 ans. A l’époque, je n’étais pas le même homme et je côtoyais les plaisirs de la table avec beaucoup trop d’ardeur.

Plusieurs rencontres et la volonté m’ont tourné vers ce sport qui depuis ne m’a plus quitté.

Au fil des entraînements et des courses, le Running a pris sa place dans mon quotidien et m’a fait vivre des moments inoubliables, notamment lors de mon dernier Marathon de Paris. Mais, je vous garde cette histoire pour plus tard.