Quand la desperate pousse son « coup de gueule », ça donne ça !

Avengers-deja-une-scene-culte-pour-Hulk_portrait_w532

Ne fuis pas ! Ne prends pas peur ! C’est Hulk, tu sais le personnage de Marvel ? Ce n’est pas la desperate que tu aperçois sur la photo ! Quoique… Ça pourrait le devenir… Je m’explique :

Tu te souviens, dans mon CR du semi de BB, je te disais que ce n’était que du bonheur, etc… ?

En fait,j’ai un peu menti… car… tu me déçois runner. Et au risque de me mettre à dos tous tes copains, je me dois, comme toute desperate qui se respecte de dénoncer ton comportement. Je ne parle pas que des bouteilles d’eau que tu m’envoies dans les pieds ou dans la tête après le ravito. Ça fait partie des risques du métier. Je veux parler de ton ignorance vis-à-vis de moi et de mes collègues.

Tout d’abord, sache que pour moi, ce semi est une 1ère car je suis seule à supporter. D’habitude j’ai toujours un ou une collègue desperate avec moi histoire de me sentir moins seule et moins ridicule !

Tu te demandes pourquoi je parle de ridicule ? Je m’explique : je suis une desperate flippette. Cela signifie, que je me sens carrément un peu stupide d’être seule sur le bord de la route à applaudir des inconnus qui courent. Cela doit s’expliquer par ma timidité maladive… je ne sais pas. Autant, je suis capable de parler à 180 enfants sans rougir ni bégayer, ni trembler, autant demander un renseignement à quelqu’un que je ne connais pas relève pour moi du challenge de ma vie !

Tout ça pour te dire que me retrouver seule à encourager me demande un effort surhumain. Je ne me mets pas en mode desperate uniquement lorsque je vois mon Running Man arriver (même si à son approche, je deviens totalement incontrôlable !). Quand je suis sur le bord de la route/du chemin, j’encourage, je t’applaudis de toutes mes forces, avec toute ma bonne humeur, tout mon cœur pour te booster, toi, runner. Et je le fais avec sincérité, plaisir et bonheur.

Seulement, tu n’es pas toujours réceptif aux encouragements, tu y es même hermétique et imperméable … Autant dire que tu n’es parfois pas motivant… tu peux même être carrément démotivant.

Durant ce semi, j’ai dû croiser environ 3 000 de tes congénères et je n’ai pas eu beaucoup de retour… Par retour, je n’attends pas grand-chose si ce n’est un geste, un regard ou au mieux un mot. Autant, au marathon de Paris, où les supporters sont nombreux, je le comprends, autant, à Boulogne, ce 18 novembre, nous étions très peu nombreux, la pluie ayant fait fuir la plupart des supporters…

Et je t’assure que 90% des runners que j’ai encouragés et applaudis sous une pluie battante ne m’ont pas adressé un sourire et encore moins un regard… de quoi envoyer une desperate au chaud, dans le troquet du coin en attendant que Running Man finisse sa course.

Heureusement, la vie m’a appris à voir le verre à moitié plein et donc je n’abandonne pas les 10% restants qui me gratifient de leur sourire/merci/signe de main/pouce en l’air/et autres signes qui me montrent que je ne me les gèle pas et que je ne m’explose pas les mains à applaudir pour rien.

D’ailleurs, au passage, un énorme big up au runner qui m’a checké. Ça m’a vraiment fait chaud au cœur mais surtout ça m’a collé un very happy smile que j’ai gardé pendant des heures !! C’est grâce à des personnes comme lui que je continue !

Bon, avec du recul, je peux comprendre que le runner est dans sa bulle. Sa concentration est maximale et il n’a que son objectif en tête. Il est donc évident que prêter attention au monde qui l’entoure peut le perturber… Enfin surtout prêter attention à une schtroumphette d’1 m 57 complètement hystérique !

En tout cas, cette expérience m’a permis de faire un lien entre objectif et qualité de réception…

Plus l’objectif est ambitieux, moins la réception est bonne ! Autant dire que 99% de ceux dont l’objectif était d’être sous les 1h30 m’ont complètement ignorée, ce qui doit sous-entendre un problème de réseau pour eux et un immense moment de solitude pour moi… qui s’est tout de même peu à peu réduit avec l’arrivée des coureurs plus proches des 2 heures.

Il est vrai que quand on s’approche des 1h50 voire des 2h et plus, les retours sont plus nombreux. C’est quand cette catégorie de runners arrive que les remerciements, les signes, les mots d’encouragements se font plus nombreux. Ils sont bien plus réceptifs. Il y a alors un vrai échange et donc de vraies émotions qui se transmettent à travers un regard, un signe, un mot…

Par contre, quand arrive le peloton de queue, la réception se dégrade. En même temps, je me mets à leur place : Ca fait 2h que je cours, je suis liquide, j’ai mal aux jambes et je tombe sur une charmante pénible demoiselle qui me lance des « Allez, courage ! Bravo ! ». C’est sûr qu’à ce moement, soit je me transorme en Hulk/Shrek/King Kong et la desperate a intérêt à courir vite, soit je l’ignore !

Dans ces circonstances, je préfère effectivement qu’on m’ignore !! Je le répète : je déteste courir !

Et toi ? Tu réagis comment avec les supporters ? Qu’attends-tu d’eux ? Mots ? Regards ? Applaudissements ? Rien ?

 

 

8 Responses to Quand la desperate pousse son « coup de gueule », ça donne ça !

  1. Will dit :

    Ne désespère pas Desperate… (facile celle là) :-D
    Je trouve toujours super encourageant les personnes comme toi, et tant d’autre, sur le bord des chemins bravant les conditions météo parfois hard pour nous soutenir et oh combien utile par moment !!!!!
    Je te remercie chaleureusement pour ta motivation à nous encourager et surtout continue à le faire. Ceux qui ne répondent pas sont des tocards !
    Après, le monde de la route et celui du trail est totalement différent il n’y a pas photo!! Le partage, la convivialité, l’entre-aide… sont autant de qualificatifs pour exprimer le trail, le « chrono » à part ça je ne vois pas ce qui peut coller à la route et en plus ça fait mal au dos ;-)
    Rendez-vous en montagne ou sur les chemins
    A+
    Will

    • Celine dit :

      Même facile, je la prends quand même!!
      En ce qui concerne la route ou le trail, je t’avoue que je n’ai pas assez de recul vu le peu de volume que l’on fait!
      Qui sait, peut-être nous retrouverons nous un jour sur les chemins et là, je te promets un enthousiasme au max!!!

  2. Jo'Run dit :

    Excellent ton article ;) Moi j’adore recevoir des encouragements au bord de la route. Je suis un coureur en 1h56 ;) Mais c’est vrai que parfois, vers la fin, c’est difficile de répondre aux gens car je suis généralement physiquement dans la merde… ^^. Il faut des gens comme toi au bord de la route car les encouragements, y’à rien de mieux comme booster !!!

  3. Eponyme dit :

    Garde la pêche et l’énergie ! C’est toujours cool d’être encouragé, ça fait plaisir, et même si les gens ne répondent pas, je suis sur que la plupart apprécie. Je m’efforce de répondre, « merci » quand le rythme est cool, ou le pouce en l’air quand je galère, mais je dois bien avouer que ça a aussi du m’arriver de ne pas répondre (quand il y a du monde).
    Dans le mode « je cris toute seule », ma copine m’attendait sur les quais pour la STL, elle était toute seule. Un mec arrive en vélo et s’arrête en face d’elle, mais n’encourage pas ni n’applaudis. Elle lui dit un truc du genre « vous voulez pas m’aider » (ma chérie est comme toi et encourage tous les coureurs qui passent). Le mec a souris (c’est déjà ça…) puis c’est barré. Cool le soutien ! :)

    Tout ça pour dire : faut continuer, ça aide d’entendre tous ses encouragements ! :)

    • Céline dit :

      Ca c’est une bonne desperate!! Surtout qu’il devait faire rudement froid! Il faudrait créer une ligne de vêtements pour desperate!
      En tout cas, je suis plus que jamais reboostée! Je prépare mes cordes vocales pour l’ice trail!

  4. Ah le runner … un peu souvent centré sur lui même :) J’essaie toujours de rendre l’encouragement donné par une tape dans la main , un sourire , un pouce levé , une blagounette (chez nous on dit cafougnette) . Un merci aux bénévoles des ravitos aussi , ça ne prend pas beaucoup de temps et fait plaisir à tout le monde :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>