Le semi de St Witz – part 1 : Desperate vs Desperate

semi st witz desperate

Attention, le CR qui va suivre mêle la fiction à la réalité. Toute ressemblance avec des situations ayant déjà existé est fortuite… ou pas !

Comme tu es un fidèle lecteur de notre blog, tu te souviens qu’il y a 2 semaines, Running Man en bavait courait le semi de St Witz.

Et bien moi aussi, j’y étais ! Fidèle supportrice de mon idole, j’arborais mon joli t-shirt de Desperate et échauffais mes cordes vocales pendant que Monsieur s’échauffait… tout court ! Tu n’es donc pas sans ignorer que le parcours se composait de 2 boucles de 10 km et des brouettes, chose aisée pour une Desperate puisqu’il suffit de rester au même point de RDV.

Ce semi a été riche en expériences et c’est là-dessus que je vais insister. Je vais à présent te narrer la 1ère boucle.

Je me poste à mon point de RDV, soit le 9ème km et j’attends patiemment l’arrivée de mon Running Man.  Une collègue Desperate me rejoint et la discussion s’amorce. Et je me rends vite compte que même entre Desperate la compétition est là !

Polie et curieuse, je lui demande si c’est son mari qu’elle vient supporter. Elle répond que oui, que monsieur court depuis longtemps et qu’il a un marathon de prévu dans quelques semaines. Il vient donc sur ce semi, qu’il connait très bien puisqu’il le court depuis longtemps, en « touriste », pas de perf au programme. 1h40 de prévue. C’est juste un échauffement. Il ne doit pas risquer la blessure. Intérieurement (je ne veux pas qu’elle me prenne pour une schizophrène), je me marre devant tant de prétention (oui, je suis aussi une mauvaise Desperate jalouse et j’ai mes côtés sombres !!) et lui annonce que le mien donnera le meilleur de lui-même puisqu’il vise 2h04.

Son regard, qui semblait dire : « Se moquerait-elle de moi ? »  a vite laissé place à un poli « Oh… Tout le monde court à son rythme. C’est déjà très bien de la finir ! ».  Evidemment, dans ma tête je pense à mon Running Man qui est loin d’être un champion et qui est toujours dans le peloton de queue. Il a d’ailleurs été récompensé pour avoir fini dernier lors du trail de la Bouriane ! Je prends beaucoup de recul sur l’homme ou plutôt dans ce cas, la femme qui veut toujours montrer que chez soi c’est mieux qu’ailleurs. Je suis pareille ! Ça rassure et en même temps, ça flatte ! Au bout de 45 min, son homme passe et elle lui lance un timide : « Ça va ? ».

Et là, c’est le brodel dans ma tête… Quoi ? Toutes les Desperate ne sont pas hystériques lorsqu’elles voient leur Running Man ? Eh bien non, je dois me faire une raison… Je me remémore alors toutes les courses que l’on a faites et je dois me rendre à l’évidence, je suis la seule à m’époumoner quand je le vois arriver à 200m, jusqu’à ce qu’il soit 200m après moi. Evidemment, je cours 100m avec lui en lui résumant tout ce que je pense : « Bravo. T’es courageux. T’es le meilleur. Je t’aime. Tes enfants t’aiment. On est tous avec toi. T’es mon héros. Continue comme ça. Ne lâche rien. » Afin que ma collègue Desperate ne prenne pas peur et n’appelle pas le 15, je la préviens : « N’ayez pas peur, comme je vois mon mari arriver, je ne suis plus moi-même, je ne me contrôle plus, j’ai une légère tendance à l’hystérie. Un peu comme le 1er rang d’un concert de Patrick… ».

Le temps passe. On attend… longtemps… Enfin, non, juste 13 longues minutes… D’ailleurs au bout de 8, elle me dit qu’elle ne va pas tarder à rejoindre l’arrivée car son mari va bientôt repasser… La douche ! Durant ce temps, ma nouvelle amie me balance que son mari compte courir le marathon en 3h30 parce que c’est la petite forme en ce moment et qu’avec son poste à responsabilité, il n’a pas le temps de courir… Je lui dis alors que si le mien finit son marathon, je serai fière de lui et encore plus s’il descend en dessous de la barre des 5h et tout ça dans une diplomatie à réchauffer les relations nord-coréennes avec le reste du monde.

Mais au bout d’un moment, piquée par la jalousie, je lâche ma bombe nucléaire : Mon Running Man est l’homme parfait. Si ! Si ! Il fait en sorte que sa passion du  running ne déborde pas sur notre vie de famille car c’est sa priorité dans la vie. Il court le midi et s’occupe de ses enfants le soir malgré le fait que moi, la meilleure épouse du monde lui dise qu’il peut courir le soir, le week end, quand il veut, que ça ne me dérange absolument pas (petit mensonge), que je vais gérer nos 2 petits monstres et que notre aîné, une fois bâillonné et attaché peut être très calme (gros mensonge !). Je balance aussi que je suis sur toutes les courses avec lui peu importe la météo, le temps à l’attendre, le lieu… C’est normal en tant qu’épouse dévouée ! Bref, je joue mon rôle de Desperate (un peu carrément garce, ok, j’avoue) à fond…

Malheureusement, la bataille s’achève ici car j’aperçois (enfin !) au loin mon Running Man et je commence alors mon show ! Arrive d’ailleurs un Running Man en perte totale de confiance qui me donne sa Garmin, persuadé de courir comme une brêle, et je sens, je sais, que ça ne va pas bien se finir… Je le rassure en lui disant qu’il est bien niveau timing, qu’il faut qu’il continue comme ça, que c’est mon héros et autres banalités d’usage pour le rebooster. Mais je sens bien que cette fois-ci, mon patati patata ne lui redonne ni confiance ni moral ! Echec total !

Bref, une fois mon sketch terminé, il est temps de se quitter avec ma nouvelle copine Desperate que je taquine ici mais qui était tout de même très sympathique ! C’était agréable de papoter entre femmes de runners et de partager nos expériences.

Je ferai donc la 2ème boucle seule… eten tenue de runneuse et croyez-moi, ça change tout ! Je vous raconte ça très vite !

3 Responses to Le semi de St Witz – part 1 : Desperate vs Desperate

  1. Lolotrail dit :

    Eh, eh, … j’adooore! Mais j’ai peur aussi car j’ai offert à ma femme une place de concert de Patriiiick… Et en homme dévoué (et aussi pour me faire pardonner d’aller courir tous les week-ends…), je l’accompagne… Alors oui, je crains le pire…

  2. Celine dit :

    Non seulement tu fais la sainté mais en plus tu vas à un concert de Patrick? T’es définitivement un aventurier!!!
    Mais c’est un cadeau sympa. Je suis sûre qu’elle appréciera et que du coup elle criera « Laurent!!!!!!!!! »!!!

  3. claire dit :

    Super fan ! La femme……….. YES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>