Le vrai runner

homer_running

[Edit du 06/02/14]

Il y a le vrai runner (comme Running Man) et le faux runner (comme moi).

Le faux runner est facile à détecter. Il n’y connaît rien ! Du coup, il se rapproche du vrai runner pour en apprendre un peu plus sur ce spécimen.

Peut-être que toi, cher lecteur, tu es un vrai runner et tu ne le sais pas encore. Alors, comme ma mission première est de faire le bien dans ce monde, laisse-moi te faire découvrir qui est le vrai runner.

Le vrai runner

  • connait tous les modèles de chaussures running, ce qui l’amène à utiliser des expressions telles que gel nimbus/cumulus/kayano, wave rider 16/17/51 (oui, comme le pastis !), gravity/distance/newton. Plus surprenant encore, il est compris de ses congénères, ce qui donne des conversations twittesques assez hallucinantes.
  • lit tous les tests produits.
  •  possède l’équipement complet du parfait runner. Pas besoin de le détailler, car toi lecteur de notre blog, tu es un parfait runner !
  • sait que TomTom ou Garmin ne fait pas que des GPS.
  •  fait partie de la team Saucauny/skechers/mizuno/aasics et organise des battles avec les autres teams.
  • connait la signification de FCM, VMA, AS21, AS42, et autres sigles ainsi que les notions de dénivelé positif/négatif, de vitesse ascensionnelle, de pare-pierre, de semi-autonomie… (Merci à Lolotrail, un vrai runner traileur auprès de qui j’en apprends beaucoup!)
  • distingue allure et vitesse.
  •  sait calculer sa VMA de tête.
  •  sait calculer l’allure pour réaliser son objectif de tête aussi.

[Quoi ? Le runner n’aurait pas que des jambes ? Fin d’un mythe…]

  • sait ce qu’est un finisher et en rêve même s’il fait déjà partie du cercle. Ou alors il n’en rêve pas mais sait quand même ce que c’est.
  •  connait tous les records des  grands marathons. Se demande d’ailleurs si Bekele passera sous les 2h03 au marathon de Paris…
  •  a le palais fin et est un vrai épicurien : il boit de l’eau en poudre et mange des gels.
  •  sombre dans une profonde dépression quand il manque son objectif de 37s.
  •  passe une semaine de merde quand il ne court pas.
  •  exaspère ses collègues en essayant de les initier au running.

Je comptais sur les foulées de Vincennes pour peaufiner mon article mais la seule chose que j’ai remarquée c’est que le vrai runner transpire… beaucoup !

Bref, tu l’auras compris, le vrai runner est bourré de compétences/connaissances/capacités concernant le running. J’admire ce vrai runner qui vit sa passion mais je dois dire qu’en fait j’applaudis tous les runners. Je n’ai pas réussi à me tenir à ce sport qui demande rigueur, force mentale, capacité physique, …

Bon allez, je vous le dis : je vous kiffe les runners !

 

6 Responses to Le vrai runner

  1. Lolotrail dit :

    Belle définition en effet !!! Mais sache qu’une certaine catégorie de runners a décidé de sortir de la piste pour envahir les chemins et qui plus est en montagne. Ils ont alors dû acquérir quelques compétences particulières et te parleront, en plus du langage du vrai runner, de dénivelé en bien (positif) comme en mal (négatif), de vitesse ascensionnelle, de pare-pierre, de semi-autonomie (ouais, ils se débrouillent seuls mais qu’à moitié, la preuve, des fois, ils s’aident mêle de bâtons)…

  2. Celine dit :

    Je ne connais pas assez le monde du trail, mon running man étant majoritairement sur route mais rien que de te lire, j’ai mal… très mal!

  3. Lolotrail dit :

    oui, moi aussi j’ai mal… mais que c’est bon! Merci pour l’ « edit »…

  4. Claire dit :

    Bravo Despé – Continue à le soutenir comme tu le fais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>