Triathlon L de Deauville : des émotions inoubliables

20150606_123025

Cela fait maintenant plus de 6 mois que je suis dans l’attente, 6 mois que je m’entraine sérieusement avec des moments de plaisir, de fatigue et beaucoup d’implication.

La ligne de départ est à quelques mètres devant moi, je ne peux plus reculer. La mer est agitée et le speaker nous met dans l’ambiance. La concentration est maximale. Je n’ai qu’une chose en tête : tenir mon plan de course qui consiste à :

  • ne pas me griller sur la natation
  • passer gentiment les côtes sans m’affoler
  • adopter une bonne position sur le plat pour être le plus efficace possible en vélo
  • aviser en course à pied.

Le départ est toujours un moment spécial que je sais maintenant apprécier et partager. Je suis dans ma bulle. Les regards avec ma Desperate sont intenses.

20150606_122333(0)

Le coup de feu nous libère enfin et je m’élance dans les vagues !!!

Le courant est présent et me secoue mais j’arrive à vite poser ma nage. 4 coups de bras et je lève la tête puis je me dirige. Il faut que je réalise une course intelligente !! Je finis la 1ère boucle en 21’, c’est top. Je suis en confiance mais la houle redouble et me fait énormément dériver. Heureusement, j’ai la lucidité de tenir le cap !!

Après un check à la team supporting, je rejoins le parc à vélo en 44’. La course démarre bien et je suis pile dans les temps. Combi, crème, casque, lunettes, chaussures et je cours vers le parcours cycliste. Je sais que la 1ère côte est proche, je suis donc bien concentré. J’attaque ce monstre de 12% sur 600m puis 16% sur 400m en moulinant. L’ambiance est dingue. Il y a des pompoms girls et des spectateurs de partout, c’est fou! Ce sont des émotions indescriptibles !

En attendant le monstre a raison de moi et je pose le pied à terre en me jurant qu’au 2ème tour, je ne m’arrêterai pas. Ensuite le parcours est plus roulant : du faux plat et des descentes, c’est hyper plaisant. Les routes sont en majorité en sous-bois et les odeurs sont agréables.

Je double, je me fais doubler, je me ravitaille, je relance, je récupère, j’échange avec les autres concurrents et le public. Je profite et je ne m’ennuie pas. Je tire même la bourre avec certain. C’est sympa mais les difficultés s’enchainent et je commence à puiser dans mes réserves.

J’en termine enfin avec la 1ère boucle et je prends une grosse dose de motiv avec ma team avant d’attaquer de nouveau le « monstre » et là je ne veux pas lâcher. Je mets toutes mes forces dans les pédales. C’est dur ! Les spectateurs sont encore plus déchaînés et je donne le meilleur de moi-même mais le moteur se vide et je pose encore le pied à terre. GRRRRR !!

Quelques centaines de mètre plus loin, je me remobilise et j’attaque la suite avec envie mais je constate que mes cannes répondent moins bien. Surtout, je sens que mon pied droit s’engourdit, que j’ai mal au dos et au Q. Bref, je suis dans le dur !

Même si j’arrive à me remobiliser, je sens bien que la 2ème boucle va être dure. Surtout que je m’arrête à nouveau dans une côte…

Je clos le vélo en environ 3h40, bien au-dessus de mes espérances mais la team me redonne la patate ! Je ne préfère pas me dire que je pars pour un semi mais que je pars pour un tour de 5 kilo et que je verrai bien.

Je boucle ce premier tour en 31’ ce qui est top ! L’ambiance prend aux tripes. Surtout que l’on passe à côté de la ligne d’arrivée et que le speaker est chaud bouillant. Quel plaisir !

Par contre, je commence à piocher dans le 2ème tour. Un peu de marche et un peu de run, le réservoir se vide peu à peu. Je n’ai pas de douleurs musculaires mais la fatigue s’installe. 37’ pour ce 2ème round. Je traîne la patte et il n’y a qu’une chose qui me fait tenir : mes Desperates. Je leur dois bien d’aller au bout de moi-même car elles sont au top.

20150606_190025

J’ai un aveu à faire. A la fin du 3ème tour, j’ai hésité à franchir la ligne. L’espace d’une seconde, je n’ai qu’une envie tout arrêter. Mais comment est-ce que j’aurai pu regarder mes Desperates dans les yeux avec un tour de moins que prévu…

Le dernier tour démarre enfin et ma Desperate rentre en scène. Running aux pieds, elle ne me lâchera pas de tout le parcours. Encouragement, motivation du public : elle est au top. J’ai du mal à profiter car mes cuisses me piquent mais j’ai kiffé ces moments de partage.

Ça y est ! La finish line approche, elle ne peut plus m’échapper. J’accélère et j’amorce mon sprint final. Comme quoi, il en reste toujours !!! Je traverse la ligne en sautant. Ça y est, c’est le moment ! J’exulte ! Je tends les bras en l’air. J’ai réussi mon défi !! Je saute dans les bras de ma Desperate, toute émue. C’est incroyable ces instants. Je n’ai pas de mots pour décrire mon bonheur… J’en suis encore tout chamallow en écrivant ces lignes. Quel Bonheur !

20150606_194709

Merci à tous les twittos pour votre soutien inconditionnel. Vous êtes géniaux !!

Merci à mes partenaires d’entrainement qui m’ont pousser à me surpasser !

Merci à Mika qui a fait le déplacement pour me soutenir et a veillé sur mes Desperates.

Merci à Stéphanie qui a  validé son certificat de Desperate avec mention : excellente ! Tu as été fantastique.

Je remercie aussi mes parents pour leur soutien sans faille. Avoir un tel appui est précieux et j’espère être à la hauteur de l’exemple que vous me donnez !

Enfin, comment oublier ma Céline qui partage mon quotidien, tu es merveilleuse et partager ta vie est un bonheur !

Je vous souhaite à tous le meilleur et surtout dépassez-vous !! Les émotions, il n’y a que ça qui compte.

8 Responses to Triathlon L de Deauville : des émotions inoubliables

  1. Nicolas dit :

    Félicitations. C’est un sacré challenge que de se faire un half iron. Bravo à toi. Quand on est dans le dur le passage de la ligne c’est un grand moment. J’imagine ce que tu as pu ressentir.

    • Sylvain dit :

      Merci Nicolas!!
      La finish line, c’est le meilleur moment. L’aboutissement de l’enchaînement et la course, c’est magique!

  2. Gwen dit :

    Je surkiffe, j’adore!!!!
    Tu as su gérer malgré la fatigue et continuer coute que coute sans rien lâcher .
    Tu es un warrior!!!!! Félicitations franchement je suis admirative.
    Et puis Céline elle est géniale!!!!
    Des bizoux les z’amoureux!

    • Sylvain dit :

      Merci Gwen
      C’était une super aventure et en plus j’ai partager avec les gens que j’aime. J’ai trop de chance!
      J’espère que tu te remets bien
      Gros bisous

  3. FireRasta dit :

    Félicitations!!! T’as assuré comme un chef!! Bravo

  4. Celine dit :

    Que dire? Que dire? Que dire? Que je suis fière de toi et de ce que tu as accompli? Que tu me fais vibrer à chaque exploit? Que je me demande toujours comment tu fais pour t’infliger ça? Que j’ai hâte de revivre ce genre d’émotions avec toi et les amis? Bah j’te l’dis! et je rajoute aussi: BRAVO! FELICITATIONS!

    • Sylvain dit :

      Cette aventure ne vaut la peine que si on la partage!!
      Merci d’être là, tu mets indispensable.
      Je te promets qu’en 2016, ça sera encore meilleure!
      Ps : Je ne m’inflige rien. C’est du plaisir. Tu confirmes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>