Je, tu, ils

FB_IMG_1458647955734

J’écris comme ça vient, de façon confuse. Que dire ? Que faire ? Que penser ?

Ils sèment de nouveau la terreur. Ces derniers mois, le mot « prétexte » prend tout son sens. D’après mon wiktionnaire, c’est une cause simulée, supposée ; une raison apparente dont on se sert pour cacher le véritable motif d’un dessein, d’une action.

Je ne vais pas rentrer dans le pourquoi du comment des motivations de ces personnes. Je ne veux pas leur accorder d’importance.

 

Mais le pire de l’être humain, l’horreur dont il est capable de faire preuve permet aussi de révéler la force extraordinaire de l’Homme.

Je suis émue de ce que toi, Homme, tu donnes, de ce que tu aimes, de ce que tu offres, de ce que tu écoutes, de ce que tu comprends, de ce que tu aides. Cette solidarité qui s’organise autour de ces situations tragiques est magnifique, merveilleuse, belle, émouvante, réconfortante, forte, dynamique.

Je ne veux pas retenir la peur, même si elle est là, dans un coin de ma tête. Je ne veux pas retenir la méfiance. Je ne veux pas retenir la haine ou la colère. Je veux garder mon insouciance, la confiance et l’amour.

Qu’ils tremblent, ils n’auront pas notre liberté ni de penser, ni d’agir, ni de nous exprimer.

Parce que l’amour est plus fort que la haine, l’Humanité a des ressources que les haineux ne pourront anéantir.

3 Responses to Je, tu, ils

  1. cocoandco dit :

    joli billet ma belle….

  2. Dreyliciouss dit :

    Je n’aurai pas mieux dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>