Une histoire d’homme

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est l’histoire d’un délire entre un aventurier de la vie qui souhaite tester ses capacités sur semi-marathon et d’un autre gars qui fait tout pour progresser. Aussi, le rv est pris dans 6 semaines sur la piste du stade Persching. L’enjeu est simple : un resto au gagnant et 1 place de concert pour Ben Harper si l’écart est supérieur à 3 minutes.

Après mon 2h05 du semi de Paris, je me dis qu’il faut vraiment que je me déchire sur l’entrainement car l’ami Julien vaut quand même 47’ sur 10km sans entrainement. Donc si je ne veux pas être ridicule, il faut que je mette la barre haute. Du coup, je pars sur un plan 1h55 avec 3 séances hebdo plus 2 de vélo et 1 de nat. Bien évidemment, je garde toujours en tête mon objectif de Deauville.

Les séances sont dures et je ne suis pas dans les chronos mais je m’accroche. J’arrive même à pousser jusqu’au bout de chaque fraction alors que d’habitude je lève le pied au premier bip des 5 secondes. 15x300m, 3 x 4000m, je ne me suis jamais fait aussi mal.

 

J’arrive donc sur la piste autant d’envie que d’incertitude mais je ne laisse rien transparaître à mon adversaire du jour. Bien sûr, j’espère la victoire. Dernier regard, dernier encouragement et nous nous élançons sur la piste. L’ami Julien part tout de suite devant et me met rapidement un tour dans la vue.

Je suis sur du 5’30 et mes sensations sont excellentes. Je me discipline même beaucoup pour ne pas accélérer car je ne sais que trop bien que la course ne se joue pas là. Au bout de 5km, nous sommes rejoints par Emilien qui aura un rôle crucial par la suite. L’homme est mesuré dans ses encouragements mais je sens vraiment tout son soutien.

Je passe le 10ème en 53’ et Julien a toujours un tour d’avance. L’écart est important mais je suis dans le timing du sub2h et c’est bien là mon principal objectif. Je veille à bien m’alimenter et à m’asperger d’eau car l’effort commence à peser.

Kilomètre 13, 14, je perds de la vitesse. Je pioche et je sens que le point de rupture est proche… C’est le moment de vérité, est ce que je m’accroche ou est-ce que je m’écrase ?

Et c’est à ce moment que l’on me glisse dans l’oreillette que Julien est en train de cramer et que je peux revenir. Ces mots sont un réconfort énorme et ma motivation est décuplée. Je maintiens l’allure. La fatigue me pèse mais tour après tour, je reviens sur lui. Je suis en mode combattant et j’arrive à le dépasser au kilomètre 20. Je donne toute mes forces pour faire un max d’écart. Kilomètre 21, je lâche le sprint et je coupe la ligne en 1h57’. C’est la victoire !!!!!!!!!!!!

Tout l’entrainement a payé, c’est une satisfaction énorme. Jamais, je n’aurai cru possible cette perf. Et pour le coup, je remercie l’adversaire du jour qui de par ce duel un peu « puéril » m’a permis de me dépasser.

Big dédicace à Emilien pour son soutien pendant la course, ça m’a fait hyper plaisir. Bip Hug à la Team Vinvin et Bois Sans soif qui a cru en moi. Et bien sûr, un BIG BIG Love à ma Desperate avec qui je partage cette victoire car je ne ferai rien sans elle.

Maintant direction Direction Deauville pour de nouvelle aventure.

TO BE CONTINUED

 

7 Responses to Une histoire d’homme

  1. Gwendoline dit :

    Ahlala qui a la plus grosse!!!!!

    Bien joué en tout cas tu gères la fougère Coco!!!!
    Bizoux bizoux

  2. An'so dit :

    Énorme !!!!! Et donc Ben Harper or not?! :-p
    Bisousssss

  3. dit :

    Une histoire de kéké/kékette mais bon, tu as un super RP. A confirmer en officiel ;)

  4. Dreyliciouss dit :

    Waw bravo Monsieur ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>