Tu sèmes, je semi…

IMG_20180304_144744

Tout a commencé avec Sylou qui se cherchait un partenaire de Semi parmi ses amis… Il a progressivement semé la graine et l’idée de courir un semi a progressivement germé dans mon esprit. Tout a continué après une énième brouille de famille en conséquence de laquelle j’avais une telle rage, une telle colère qu’il me fallait faire quelque chose de fou pour canaliser tout ça et évacuer. Bref, je me suis inscrite sur un coup de tête au Semi-marathon de Paris.

Je suis une coureuse XL: extra lourde et extra lente. Je m’engage sur un semi. Je m’apprête donc à réaliser un défi XL ! Même pas peur. Enfin si. Un peu.

Coach Sylou me guide dans l’entraînement et adapte les séances à l’état physique et psychique du moment.

La prépa a globalement bien commencé puis comme d’hab, à un moment, ça a merdé. Au boulot, cette année, c’est très compliqué. Je prends sur moi. Beaucoup. Et au bout d’un moment, c’est le drame. Le ligament sacro iliaque s’invite à la fête. Il est un peu comme l’oncle bourré dans un mariage. Il est lourd et il est difficile de s’en débarrasser. Ce ligament est hyper tendu. J’ai vraiment très mal. Je ne supporte plus la position assise (même pour un trajet voiture de 4km). La douleur est également très vive dès que je m’arrête de courir. Je ressens une douleur parfois insupportable au niveau du bassin et des cuisses. Ça descend même jusque sous le genou. La kiné fait ce qu’elle peut mais c’est long. Je dois me détendre les fesses mais je n’y arrive pas !

Cependant, je ne veux pas abandonner ce projet de semi. Lorsque je me suis inscrite, je visais une allure à 7’30 au kilo. Devant le manque d’entraînement et la forme physique plus que moyenne, le jour J, je pars sur une allure moyenne de 7’45 à 8’ au kilo sans m’arrêter pour ne pas risquer l’abandon à cause de la douleur à la fesse.

Le jour J, Syl est aux p’tits soins pour moi. Je me sens étrangement sereine depuis quelques jours. Je ne sais pas comment je vais finir mais je sais que je finirai.

IMG-20180304-WA0000

Les 1ers km se passent tranquillou (Ça se dit encore?!) . Je suis extrêmement concentrée. Je ne m’emballe pas et surveille mon allure. L’objectif est de ne pas faire s’emballer le cardio et de rester dans la maîtrise du souffle. Depuis mon opération, j’ai un point de côté qui apparaît à la moindre erreur de souffle et me pourrit la sortie. L’objectif est de ne pas l’avoir pour préserver le mental.

20x30-PHDG0419

 

20x30-PMDA14196 bis

Maumau nous rejoint à Bastille. Elle m’encourage, prend soin de moi. Je ne lui dis rien mais j’apprécie vraiment sa présence. Cha nous retrouve au km 12. C’est pour moi le début de l’enfer. Je vis très mal le passage des quais et cette succession de montées et de descentes. Je commence à souffrir. La rue de Charenton va m’achever. J’hésite entre pleurer et hurler. Je commence à avoir mal au bide, aux cuisses. Je ne veux surtout pas m’arrêter car je sais que le ligament va se réveiller et que je risque de ne plus pouvoir repartir. Au km 15, j’entends les encouragements de folie de Steph qui a bravé la pluie pour me soutenir. Elle me file une patate d’enfer. Une vraie pompom qui déchire! C’est aussi le moment où Maumau nous quitte.

20x30-PMDD28477

20x30-PHAZ1410

 

 

IMG_20180309_170435

Au km 16, je n’en peux plus. J’ai d’abominables crampes abdominales (entre abominables et abdominales, il n’y a qu’un d. Le d de la douleur…). Les douleurs sont de plus en plus vives. La pluie devient de plus en plus intense. Je marche une petite minute. Je respire calmement, profondément. Cha est très prévenante. Ses paroles me font du bien. Elle me rassure, m’encourage et me booste. Je repars difficilement mais je ne lâche rien. J’ai un mental taille XL. Je le soupçonnais mais maintenant je le sais.

20x30-PHAO3908

Au km 18, un orchestre joue « Day tripper » des Beatles, chanson qui a bercé mon enfance. A ce moment, je revois mon père avec sa guitare en train de jouer et de chanter cette chanson, je revois son sourire et son air taquin, je revois sa joie de vivre. Message reçu papa, je ne lâcherai rien.

Mes 2 accompagnateurs sont juste parfaits. Ils sont prévenants, rassurants Je compte les interminables centaines de mètres qui nous séparent de l’arrivée. Je suis au bout de ma vie mais j’ai une envie, une hargne, une rage de folie. Il faut que j’y arrive. Les douleurs abdominales sont passées pour laisser place à celles des cuisses.

Puis, enfin, l’arche se matérialise. Cha nous laisse pour nous retrouver à l’arrivée. Je prends la main de sylou. En général, quand on court ensemble, on finit « séparément », il me laisse finir seule. Pour cette course, je n’ai pas envie qu’on se lâche. Je veux qu’on passe la ligne ensemble.

20x30-PHBB0367

20x30-PHBB0366

Je passe la ligne avec l’homme de ma vie, j’hurle de toutes mes forces pour évacuer toute mes douleurs physiques mais aussi psychiques. Les émotions sont intenses et me submergent. Les larmes coulent. Je m’effondre dans les bras de Syl. Je pleure contre sa poitrine et lui demande même de m’épouser. Je l’ai fait. J’ai couru 21,1km. J’ai du mal à y croire et en même temps, je suis tellement fière de moi.

20x30-PHAA5316 bis

IMG_20180304_144744

2h51 de course, d’émotions, de partage, d’amitiés. 8,02’ au kilo. Objectif atteint. Contrat rempli. La vie est belle.

Un grand merci à mes accompagnateurs et supporters (IRL et sur les RS) de m’avoir permis de tenir et d’arriver au bout malgré la difficulté et la douleur.

J’ai de la chance d’avoir des amis que j’aime d’un amour XL et partager ça avec eux était vraiment très fort.

One Response to Tu sèmes, je semi…

  1. dreyliciouss dit :

    Et bien sacrée course !!!!
    Que d’émotions au rendez-vous !
    Tu as définitivement vécu un grand moment !! Des courses comme on en a tous une dans notre vie de coureur.
    Tu as été sacrément bien entourée !!! Ca fait plaisir !
    Je suis très fière de toi et d’avoir été plus forte que toi ! Plus forte que les douleurs et les petites voix dans la tête !
    Bravo ce semi tu te le dois ! Tu peux en être fière !
    Bisous !

Répondre à dreyliciouss Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>